Népal: Pokhara

Pokhara est la deuxième ville plus importante du Népal. Elle se situe à 206 km de Katmandou. Elle est avant tout la porte d’entrée pour les treks des Annapurnas.

Pour y accéder, le plus économique est de prendre le bus. Il y a énormément de compagnie qui font le trajet. Tous les bus partent à 7h30 le matin de la station de bus touristique de Katmandou. On peut soit réserver son billet à l’avance par une agence ou son hôtel à Thamel (quartier touristique de Katmandou) ou se présenter le matin directement à la station de bus. Les prix sont par contre complètement aléatoire (certainement à la tête du client). Nous avons payé 1000 roupies pour Cedric et moi, et 850 roupies pour Adrien. Les prix varient généralement entre 700 et 2000 roupies. Le trajet prend dans le meilleur des cas 7 heures! Nous avons mis 12 heures car il y a eu un accident sur la route!

Une partie de Pokhara est dédiée au tourisme. C’est le quartier de Lakeside, en bord de lac Fewa. La vrai ville de Pokhara est quant à elle, un peu excentrée et à moins d’y aller en taxi, il est difficile d’y aller se promener. C’est donc à Lake Side, une rue qui fait un peu plus de 3 kilomètres de long, que se trouvent les hôtels, les restaurants et les boutiques. C’est très touristique, bien tenu, et plutôt aseptisé. On est donc bien loin de Katmandou et de sa vallée, nous comprenons pourquoi, lorsqu’on parle avec des randonneurs venus marcher au Népal, ils ne parlent jamais de la condition humaine au Népal. En effet, la plupart des touristes, venus pour les treks, souvent en voyage organisé, viennent directement à Pokhara. De plus Pokhara n’a pas vraiment de trace du tremblement de terre de 2015. Tout pourrait donc être parfait dans le meilleur des mondes!

Mis à part les trekeurs, Pokhara accueille également une population de soixante huitard attardés et fils à papa en mal d’identité, venus au Népal se défoncer la tête au haschich. Le nord de Lake Side, en particulier, est donc envahi par ces chileurs, attablés des heures dans les cafés autour d’un tchai à 30 roupies et d’une assiette de momos à 90 roupies, roulant et fumant joint sur joint n’en ayant absolument rien à faire que toi et tes enfants soient entrain de manger à côté d’eux.

Trois populations bien différentes se retrouvent donc à Lake Side: Les trekeurs venus généralement en groupe et voyage organisé, les néo hippies et les backpackers.

Que faire à Pokhara?

Pour satisfaire tout le monde, Pokhara offre un grand choix d’activités pour toutes les bourses.

♢ Faire du Parapente

Cédric et Adrien ont fait du parapente. Nous sommes passés par la société Frontier Parapagling et avons payé le saut pour tous les deux, 92 euros.

♢ Faire un tour en ULM ou en hélicoptère

♢ Faire du Yoga ou toutes sortes de méditation

♢ Se faire faire un massage ayurvédique. Il faut compter environ 15 dollars pour une heure.

Que visiter à Pokhara?

♢ Le lac Fewa. On peut y faire un tour en bateau.

IMG_1614

♢ La pagode de la paix. Il faut compter 2 heures environs pour y monter à pied. D’en haut la vue sur la lac et la ville est sympa.

IMG_1618

♢ Sarenkot. C’est un village qui surplombe Pokhara. On peut soit y monter à pied, soit en voiture.

Où dormir et où manger?

Au sud de Lake Side, nous avons testé le Lake View Hôtel, pour 14 dollars la chambre triple avec petit déjeuner (on a été surclassé) Malheureusement, malgré la gentillesse du personnel, nous ne sommes pas resté à cause de l’odeur de cigarette froide dans les chambres et du manque de propreté certainement dû à la vétusté de l’hôtel.

Au nord de Lake Side, nous avons logé au Lake Boutique Hotel, pour 10 dollars la nuit que nous avons bien aimé.

IMG_1609

Il y a une multitude d’hébergements à Lake Side pour absolument tous les goûts et des budgets.

Pour manger, les tarifs varient du simple au triple. On trouve tout type de nourriture, de la pizza italienne aux momos népalais. Nous recommandons le restaurant Mo Mo en face du Lake Boutique, à North Lake. Impossible de le rater car il est plein du matin au soir. Les tarifs sont imbattables.

De façon générale, nous n’avons ni aimé ni pas aimé Pokhara. Nous y avons essentiellement préparé notre trek puis nous nous y sommes reposés quelques jours à notre retour.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s